Vous ne savez pas quoi lire cet été ? Piochez sans réserve dans la sélection de la librairie du Merle Moqueur pour Chapeau melon et livres en cuir… Coups de cœur assurés !

Swap d'Antony Moore

Swap d’Antony Moore

Swap, d’Antony Moore : Une petite pépite de lecture !

A 11 ans, Harvey, jeune anglais fan de comics, échange un exemplaire de Superman n°1 (valeur actuelle en parfait état : environ 3 millions de dollars) contre un tuyau en plastique. Vingt ans plus tard, devenu vendeur de BD à Londres, cet échange le ronge, l’obsède. Plus rien ne lui importe : il doit récupérer sa BD. Commence alors une épopée dramatique qui virera très vite au sordide. Sous ses faux airs de roman pop et déjanté, Swap est en fait un polar savamment maîtrisé, où la découverte du coupable n’est finalement pas plus importante que la quête effrénée d’Harvey pour mettre un semblant d’ordre dans sa vie. Le héros fait partie de ces losers magnifiques pour qui rien ne semble pouvoir se dérouler comme prévu, et la galerie de personnages qui l’entoure n’est visiblement pas là pour l’aider. Mention spéciale pour les figures parentales, qu’on adore détester dès leur première apparition. Un roman drôle, entraînant, anglais au possible, une petite pépite de lecture !
Etienne – Librairie Le Merle Moqueur

le cavalier suédois de Leo PerutzLe cavalier suédois de Leo Perutz : Un vrai classique !

Roman fait de tromperies et de manipulations qui excite la curiosité du lecteur. Qui est donc le cavalier suédois ? Un voleur, un vagabond qui usurpe l’identité d’un gentilhomme pour accomplir son destin. Un roman captivant, un classique à lire !
Guillaume – Librairie Le Merle Moqueur

[divider_flat]

la fête du siècle de Niccolo AmmanitiLa fête du siècle de Niccolo Ammaniti : Jubilatoire !

La Fête du siècle m’a tenue en haleine de bout en bout, quel pied ! “Un jeu de massacre jubilatoire et renversant (…) adjoint aux vertus de la farce sociale macabre”, pour Emily Barnett des Inrocks. On est d’accord. Il y a du John Irving chez cet homme, du Jonathan Coe aussi ; on a parfois l’impression de se retrouver en plein Jurassic Park, et on finit le roman avec une furieuse envie de retourner explorer la villa Ada dans la ville éternelle. Au récit des aventures des gros losers d’une secte satanique de bas étage ou du héros écrivain, pathétique à force d’imposture, on ne peut que rire. Ne vous abstenez pas de la lecture de ce roman si grand-guignolesque.
Alexia – Librairie Le Merle Moqueur

Le Merle moqueur, 51 rue de Bagnolet, 75020 Paris