Deux ans à peine après la parution du roman Nos étoiles contraires (The Fault in Our Stars) de John Green sortait, en 2014, l’adaptation cinématographique réalisée par Josh Boone avec, dans les rôles principaux, Shailene Woodley et Ansel Elgort.

Hazel Grace Lancaster, 16 ans, et Augustus Waters, 17 ans, font connaissance lors d’une séance du groupe de soutien pour adolescents malades où ils sont allés en traînant les pieds. Hazel, pour faire plaisir à sa mère qui l’a décrété dépressive, Augustus pour accompagner son meilleur ami Isaac. Hazel est en stade terminal d’un cancer de la thyroïde (mais survit grâce à l’absorption quotidienne d’un médicament innovant, qu’on a testé sur elle et qui a ralenti la progression de cellules cancéreuses) et Augustus a subi l’amputation d’une jambe. Ils se lient rapidement et arrive ce qui devait arriver : ils tombent amoureux. Comment s’aimer quand on se sait condamné ? Peut-on jouir de la vie même quand celle-ci ne tient qu’à un fil ?

Différences

Le personnage d’Augustus est relativement identique entre le livre et le film. Beau gosse, souriant, charmeur… En revanche : où est passé la jeune fille à l’humour pince-sans-rire ? Celle que l’on sent atteinte par la maladie, aussi bien physiquement que d’un point de vue moral ? Quand, dans le roman, Hazel évoquait ses peurs (de mourir, de faire du mal à ses parents, à Augustus…), son double cinématographique affiche un sourire un peu trop lisse. Même Isaac, le meilleur ami d’Augustus, sur le point de devenir aveugle, a été poli. Au rebut “les lunettes à verre super épais qui lui faisaient des yeux énormes” ! L’adolescent est devenu un modèle standard.

Si, dans le roman, l’intrigue se tient, dans le film tout a l’air téléphoné. Tout cela fait bien trop hollywoodien pour qu’on y croie. A commencer par l’allure de Shailene Woodley qui incarne Hazel. Dans le roman, celle-ci se décrit ainsi : “Je portais un vieux jean autrefois moulant mais qui flottait maintenant à des endroits bizarres, plus un T-shirt jaune, le T-shirt d’un groupe que je n’écoutais même plus. Sans parler de mes cheveux. Ils avaient beau être courts, un coup de peigne de leur aurait pas fait de mal. Et pour couronner le tout, j’avais des joues de hamster, un effet secondaire du traitement.” Rien à voir avec la jeune fille pétillante du film.

Points forts du film

Le film est un feel-good movie, il fait le job et offre un bon moment sans prise de tête. Au casting, on retrouve aussi Laura Dern et Willem Dafoe, qui sont loin d’être les plus mauvais acteurs américains 😉

Points forts du livre

Le roman est drôle, touchant, lumineux (critique complète à retrouver ici). Rien à voir avec sa pâle copie.

Qui gagne le match ?

Incontestablement, le livre gagne par KO ! Si vous voulez découvrir l’histoire, courez l’acheter et remisez le DVD du film au fond d’un placard.